logo

Deafness Interview

1. january 2001

Desdemonia, c'est un groupe qui nous envahi. Provenant de Luxembourg, où les groupes ont apparement beaucoup de mal à se développer. Mais ça ne les concerne pas. Après avoir joué avec Dying Fetus, Soilwork, Krisiun, Deranged, Mayhem, Enthroned, et autres kings du Metal, ils ne se prennent pas la tête et aiment jouer par chez nous, que ce soient même dans de petits concerts. Maintenant ils arrivent en force avec "Paralyzed", leur nouvel album auto-produit. Les Arlonais ont eu la chance d'être les premiers à se le procurer lors de la Deafness Death Metal Night du 11 mai 2001.

Des fois on se demande si vous ne jouez pas autant en Belgique qu'à Luwembourg. Qu'est-ce qui vous pousse à jouer par chez nous? (Marc) : On nous demande souvent pour jouer en Belgique.L'ambiance est bonne et les gens bougent vraiment. Mais il n'y a pas de grande différence entre la Belgique et le Grand-Duché, seulement la taille du pays (rires)

(Tom) : Le public belge est vraiment très bien, il y a une bonne ambiance, les bières sont bonnes ainsi que les frites au fromage (rires).On aime bien y aller parce qu'on a toujours été bien accueillis et les gens aiment bien faire la fête. Sur "Paralyzed" figure le titre "Nosferatu" figurant sur votre première cassette démo "Infinity's". A la première interview dans l'émission de Deafness, vous avez dit "on va remasteriser deux ou trois morceaux de notre première demo…". Pourquoi vous nous avez menti? (Marc) : On trouvait que Nosferatu collait bien avec les autres chansons de l'album et donc qu'il méritait d'y figurer.On ne voulait pas mettre plus d'un titre parce qu'on n'aime pas trop revenir sur notre passé. 

Vous n'aimez plus vos anciens titres?

(Marc) : Non, on joue encore d'autres chansons mais celle-là colle mieux avec les titres de Paralyzed.

(Tom) : C'est une chanson qu'on joue encore beaucoup en concert. C'est un titre qui est d'actualité. Donc on s'est dit pourquoi ne pas la mettre sur un CD qui a une qualité supérieur à la démo enregistrée dans notre garage. "Nosferatu" sonnait déjà bien sur la démo et maintenant elle donne beaucoup mieux.

La pochette de Paralyzed nous intrigue un peu. Qu'est-ce qu'elle représente exactement?

(Marc) : C'est le but de cette pochette : intriguer ! Elle a été faite sur notre ordinateur. Elle est fantaisiste. Chacun imagine ce qu'il veut. Je trouve toujours amusant que le gens me disent "Ah, c'est un schtroumpf écrasé !". J'aime mieux ça qu'une pochette classique avec du sang, des têtes de mort , bref, tous les clichés.

Il est courant maintenant pour un groupe Metal de faire des albums concepts. Paralyzed en est-il un?

(Marc) : Pas du tout. Il n'y a aucun concept pour les textes. Ils sont tous différents. La musique a un style particulier mais on ne peut pas non plus appeler ça un concept, comme pour raconter une histoire. Les paroles ont l'air d'être très personnelles. Qui "crit les textes? (Marc) : Certains sont de moi et les autres sont de Tom. C'est vrai que ce sont des textes très personnels. Ce n'est pas que je veux donner des conseils, mais je parle de ma propre expérience, celle que tout le monde a.

(Tommy) : C'est une psychothérapie pour gens pauvres… (rires)

Pourquoi avez-vous repris le texte "Zu Arel Op Der Knipchen", titre du folklore arlonais? (Marc) : Tout a commencé par un projet au Luxembourg de faire un CD avec d'anciennes chansons luxembourgeoises joués par des groupes autochtones qui resteraient dans leur style. Nous avons répondu oui, mais on ne savait pas quelle chanson prendre. On trouvait "Zu Arel Op Der Knipchen" bien marrant et elle allait bien pour la jouer en version Death Metal. Pagan Lord a également participé au CD et c'était marrant.

(Tom) : C'était un projet organisé par RTL. Ils ont donc passé plusieurs fois le morceau à l'antenne. On approuve ce système parce qu'on montre qu'il y a d'autres musiques à Luxembourg que celles qui passent sur les grandes radios.

(Tommy) : En plus, on figurait dans le top 30 luxembourgeois, devant Britney Spears ! Madonna aussi était derrière nous ! Et pourtant, elle ne joue pas du Death…

(Tom) : C'est pour ça qu'elle était derrière nous !

(Tommy) : Ca nous a fait de la pub.

(Tom) : Ce qui est marrant, c'est qu'on joue ce titre aussi à Arlon. J'ai compris que c'était une chanson arlonaise qui est traditionnelle à Luxembourg. Les gens d'Arlon connaissent au moins la mélodie. C'est amusant.

Qu'est-ce qui vous rend fier de jouer dans Desdemonia?

(Marc) : C'est de jouer la musique qu'on aime, même si seulement quelques personnes l'apprécient. C'est un peu le cas de tous les musiciens.

(Tommy) : C'est quoi cette question à deux francs?

(Tom) : Demande-moi ça un autre jour…

©2017 Desdemonia
This site has been created with the Artist Website Manager on jamplifier.com.
Want to create your own FREE artist website? Start now!